Autopsie culturelle des monstres en Russie Nouv.

Autopsie culturelle des monstres en Russie

Résumé

Aucune étude sérieuse sur la signification et la valeur des monstres et du monstrueux en Russie n'existait jusqu'ici. Annick Morard s'en est chargée, dans un essai fluide et bien écrit à paraître ici et en Russie. L'auteure offre une réflexion qui plonge aux sources historiques et culturelles du monstre russe. Elle interroge tour à tour la culture orale et visuelle, enquête sur les termes qui disent le monstre en russe, sur les récits, mythes et fables qui en content les aventures, sur les dessins et images qui les représentent et enfin bien entendu sur la littérature du début du XXe siècle, héritière et pourfendeuse de cette tradition. Trois moments clés, analysés ici dans le détail, révèlent la puissance symbolique des monstres en Russie : au XVIIIe siècle, la création de la Kunstkamera, considérée comme le premier musée russe, met les monstres anatomiques sur le devant de la scène, d'égal à égal avec les animaux exotiques et les dernières découvertes scientifiques et techniques. Au XIXe siècle, le monstre est exhibé en tant que tel dans les foires populaires et autres musées de curiosités, stationnaires ou ambulants. Le freak show est, en Russie aussi, un divertissement populaire qui marque profondément la culture citadine du XIXe siècle. Ce livre décrypte ce phénomène pour la première fois. Au tournant du XXe siècle, avec le développement fulgurant de la médecine et des sciences de la vie, le rapport au monstre change encore : sous le scalpel des chirurgiens, les monstres sont tantôt soignés, tantôt créés.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN

    9782889600168

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    220 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    14 cm

Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

empty