Langue française

  • " Il existe une tradition ancienne qui veut que lorsqu'une fille se marie, les vieilles femmes essaient de tuer le marié avant qu'il ne gagne la chambre nuptiale. Et leur arme, c'est la danse. " Quand les " femmes qui courent avec les loups " atteignent la maturité, vient le temps de " la danse des grand-mères ". Vivre pleinement, développer sa vision intérieure, écouter son intuition, tel est le message de ces aînées que rien n'arrête. Elles sont une source inépuisable de force vitale et nous transmettent inlassablement un trésor de sagesse. A travers les mythes et les métaphores, la psychanalyste et conteuse Clarissa Pinkola Estés développe les thèmes qui ont fait d'elle un auteur de référence dans le monde entier. Sa voix touche le coeur et l'intelligence des femmes de tous âges.

  • La Grande Femme, la Nuestra Senora, la Mère compatissante... ainsi nomme-t-on de par le monde la Vierge Marie. Pour Clarissa Pinkola-Estés, c'est Notre Dame de la Guadalupe, qui au XVIe siècle apparut à Juan Diego, un Aztèque depuis peu baptisé. L'image de la Vierge revêtue d'un manteau couvert d'or s'imprégna sur sa modeste cape de berger. Elle est devenue une figure emblématique du Mexique. Derrière la ferveur populaire nous apparaît l'autre visage de « la Mère » toute-puissante, la Grande Mère que nous, les humains, cherchons « depuis que nous sommes sortis de la brume », et qui nous relie, à travers les siècles, aux déesses-mères fondatrices. L'auteur de Femmes qui courent avec les loups appelle à libérer en chacun de nous la « femme puissante », la guerrière protectrice de la Vie, qui inspire nos plus hautes actions de compassion. Ce texte plein d'amour, hymne à la figure mariale, ancré dans une foi profonde, est transcendé par une écriture poétique, un ton chaleureux et altruiste.

  • "La Grande Femme", la "nuestra Senora", "Notre Dame", le "Coeur Immaculé", la Mère comparissante.. ils sont nombreux les noms donnés de par le monde à la Vierge Marie.
    Pour Clarissa Pinkola-Estés, c'est Notre Dame de la GUadalupe, la Vierge apparue aux XVIe siècle au petit Juan Diego, l'enfant aztèque qui en reçoit l'emprinte dans sa modeste cape de berger, devenue une figure emblématique du Mexique.
    Mais derrière l'immense ferveur populaire nous apparaît l'autre visage de "le Mère" toute-puissante, la Grande Mère que nous, les humains, cherchons "depuis que nous somlmes sortis de la brume", et qui, à travers les siècles, nous relie aux déesses-mères fondatrices.
    A l'image du Coeur Immaculé qui ne connaît ni faiblessde ni passivité devant l'injustice, l'auteur appelle à libérer en chacun de nous la "femme puissante", la guerrière protectrice de la VIe qui inspire nos plus hautes actions de compassion.
    Entrelacs d'anecdotes, d'histoires émouvantes et de poèmes, ce texte plein d'amour et ancré dans une foi profonde n'en révèle pas moins une connaissance aiguë de la nature humaine.

empty