Arts et spectacles

  • Le geant invisible

    Bram Stoker

    Bram Stoker (1847-1912), auteur du célèbre Dracula, vécut toute sa vie dans la souffrance de l'exil. Une grande partie de son oeuvre est traversée par l'effroi qu'il éprouve devant une Angleterre vampirisant sa terre d'Irlande. Épidémies, fléaux mystérieux et créatures monstrueuses sont autant de métaphores d'un mal venu d'ailleurs : l'oppression du peuple irlandais par l'Angleterre.

    Le Géant invisible, recueil de trois textes, témoigne de ce sentiment de domination.

  • Avant d'imaginer la figure monstrueuse de Dracula qui frappa tous les esprits, Bram Stoker (1847-1912) s'est essayé avec bonheur à distiller la peur dans ses nouvelles. En véritable géographe de l'intime, il transpose ses angoisses dans une multiplicité de décors et de genres : peur du spectre de la mort dans L'Homme de Shorrox (inédit) ; peur éprouvée par un équipage avant l'attaque de cruels pirates malais dans La Palissade rouge ; imminence de l'engloutissement qui provoque les confessions de voyageurs dans La Crainte de la mort (inédit). Pour Stoker, la condition humaine est engluement dont seuls souffrance et héroïsme peuvent délivrer.

  • Dépassé par Dracula, Bram Stoker (1847-1912) demeure dans l'ombre que sa créature, au succès éclatant, a étendue sur sa vie et sur le reste de son oeuvre. Pourtant, l'écrivain est une figure troublante, profondément attachante, qui s'est choisi un double fantastique. La Coupe de cristal (1872), inédite en français, est sa première nouvelle. Fortement symbolique, « elle est symptomatique des troubles de ta personnalité qui affectaient Stoker à l'époque et il s'y met en scène sous les traits d'un tailleur de cristal qui, par son art, tente de retrouver la femme aimée qu'il a perdue ». Avec deux autres nouvelles, ce recueil développe par des fantasmagories aquatiques les thèmes chers à Stoker, le salut par l'Art, la Mort et le Mai.

empty