Hugo Boris

  • Le courage des autres

    Hugo Boris

    Il y a quinze ans, tout juste ceinture noire de karaté, Hugo Boris est témoin d'une altercation dans les transports en commun. Paralysé, il se contente de tirer la sonnette d'alarme. Ce manque de courage l'obsède. Est-ce un trait de son caractère ou une peur universelle d'affronter l'autre, l'inconnu, au quotidien ?
    Intrigué, il se met à observer ses contemporains dans le métro et le RER, tranches de vies entre parenthèses, rencontres fugaces, purs instants d'humanité. Il consigne sur le vif des situations d'effroi mais aussi le ravissement d'un dialogue, l'humour d'un échange imprévu. Il se demande si le courage est contagieux...

  • Police

    Hugo Boris

    « Ferme les yeux et pense à la France. » C'est une blague qu'on se lance, entre flics, quand il faut faire le sale boulot. Déjà épuisés par la routine des violences, trois gardiens de la paix se voient confier une mission inhabituelle. Une reconduite à la frontière. À Roissy. De là, le réfugié tadjik qu'ils escortent s'envolera pour une mort certaine.
    Dans le huis clos de la voiture sérigraphiée : quatre corps, quatre consciences, quatre tragédies personnelles. Suffit-il vraiment d'ouvrir les yeux pour changer le monde ?

  • Trois grands fauves

    Hugo Boris

    Danton, Hugo et Churchill : trois survivants qui se sont crus immortels.
    Trois hommes qui ont regardé la mort dans les yeux et y ont puisé un appétit immodéré pour la vie.
    Trois personnalités cannibales convoquées dans un même roman pour nous nourrir à leur tour.
    Leurs vies n'appartiennent pas au passé. Elles sont universelles. Entre ces trois grands hommes, une filiation imaginaire se tisse, offrant au lecteur des morceaux choisis de ces vies extraordinaires.

  • Le baiser dans la nuque

    Hugo Boris

    Bientôt Fanny sera sourde. Bientôt elle n'entendra plus les pleurs des enfants qu'elle aide à mettre au monde. Pourtant, avant que le silence ne se referme sur sa vie, la jeune femme décide de prendre des cours de piano.
    Louis, son professeur, elle l'a croisé à la maternité. Un homme solitaire et secret, doux et blessé. Au fil des leçons, une complicité pudique s'installe entre eux. Peu de mots, quelques gestes, des regards, et puis la musique. Pour affronter et surmonter la maladie, qui progresse, mais aussi, surtout, pour se soutenir mutuellement.

  • Ivan quitte la banlieue anarchique de Moscou, son logement de fonction et sa vie de famille pour un séjour record de 400 jours dans l'espace à bord de la station Mir. Quand il reviendra, il sera un héros de l'Union soviétique.
    Sanglé dans son scaphandre, il décolle. Dans l'espace, il éprouve son corps sans appui, le sang trop lourd, les chairs malmenées. Il découvre la vie en apesanteur et les mouvements d'une lenteur géologique. La nostalgie le guette. L'attraction terrestre le tenaille, le désir de rentrer le gagne et, plus que tout, tenir Oksana dans ses bras le démange. Depuis combien de temps n'a-t-il pas dansé avec elle ?

  • René Derain aurait dû se fier à l'instinct de son chien. En arrivant au relais pour un séjour de chasse, son vieil ami, sitôt sorti de la voiture, a pris peur comme jamais. Mais l'atmosphère chaleureuse du chalet forestier et les veillées en compagnie des autres chasseurs font vite oublier cette inquiétante arrivée.

    Pourtant est-ce la forêt, les participants ? rien ne semble vraiment normal. La maison est bientôt prise dans la glace. Le gibier meurt sans raison. Le téléphone, coupé. La faim, la suspicion, la haine. La folie. Au dehors, quelque chose ou quelqu'un assiste à leur agonie ou la précipite ?

    Le dernier cahier de ce livre n'est pas découpé.

    Il ne s'agit pas d'un défaut de fabrication.

  • Sous le patronage du ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.
    Le théorème de Pythagore... La baignoire d'Archimède... La pomme d'Isaac Newton... Le duel d'Evariste Galois... Le rêve de Kékulé... Tantôt réduits à une équation, tantôt confinés dans la légende simplette que leur ont tricotée Gloire et Postérité, les grands génies sont à l'étroit dans nos imaginaires. Que reste-t-il de vivant chez ces nobles momies ?

    Et pourtant ! Comme vous, comme moi, ils eurent froid en hiver, coururent après leur chat, subirent les morsures de l'amour, du doute, des moustiques. Qui s'en souvient - ou qui le sait ?
    Le temps d'une nouvelle, avec rigueur ou fantaisie, redonnez des couleurs à l'un de ces géants d'hier - ou d'aujourd'hui ! - qui ont changé la science.

    Jury :
    Présidents : Jérôme Ferrari (romancier) et Étienne Klein (physicien), Françoise Balibar (historienne des sciences), Hugo Boris (romancier), Sylvie Fenczak [éditrice), Guillaume Lecointre (systématicien), Monique Legrand (IA-IPR lettres), Charles Torossian (IG mathématiques).

    Les nouvelles des lauréats : "Grand public", "Étudiants scientifiques", "Élèves du secondaire".

empty