Angélique Kidjo

  • « Avant d'être femme, avant d'être noire, je suis un être humain. Née dans une famille de dix enfants, au Bénin, j'ai reçu une éducation atypique. Mes parents étaient féministes : filles comme garçons, nous allions tous à l'école et participions équitablement aux tâches ménagères. Ils ne nous dictaient jamais notre conduite mais nous incitaient à nous remettre en question. Nous avons appris à associer la tête et le coeur à nos réflexions. Cela me définit bien : je suis cette personne à qui on a enseigné la tolérance. Et la musique, bien sûr, est inscrite au coeur de ma personnalité. Mon père jouait du banjo, ma mère chantait. C'est elle qui m'a appris à chanter. » Angélique Kidjo est l'une des plus grandes voix venue d'Afrique. Décrétée "première diva africaine" par le Time Magazine, couronnée de quatre Grammy Awards, elle associe avec brio la beauté des musiques traditionnelles de son Bénin natal à l'énergie d'autres genres : pop, jazz, reggae... Chacun de ses albums est intimement lié à l'histoire de l'Afrique et à la défense des droits humains : esclavage, apartheid, égalité des sexes. Elle considère l'éducation comme un impératif visant à garantir justice et paix dans le monde. Ambassadrice de bonne volonté à l'Unicef depuis 2002, elle a créé sa propre fondation, Batonga, en 2006. Sa musique touche, rapproche et fédère: une main toujours tendue vers l'autre.

    Entretiens menés par Sophie Lhuillier.

  • La chanteuse, compositrice, militante Angélique Kidjo, l'une des plus grandes voix actuelles de la world music, lauréate de trois Grammy Awards, raconte, en toute intimité, comment la petite fille de Cotonou a pu réaliser son rêve et remplir les salles les plus prestigieuses du monde comme le Carnegie Hall de New York, l'Albert Hall de Londres ou l'opéra de Sydney.

    Angélique Kidjo grandit entourée des sons et des rythmes de son Bénin natal, dans une Afrique de l'Ouest riche de traditions. Pour mener sa carrière librement, elle est contrainte de fuir la dictature, direction la France où, après des années difficiles, elle est révélée par son album Logozo au début des années 1990. Elle s'installe ensuite aux États-Unis, où ses aventures musicales élargissent la musique africaine jusqu'à la pop ou le jazz. Oremi, Black Ivory Soul, Oyo... De succès en succès, cette femme au tempérament de feu qui navigue entre trois continents et plusieurs langues s'est imposée comme un des symboles d'une culture aussi mouvante qu'enracinée, au service de causes humanitaires fortes.

    Un engagement qui vient de loin. Adolescente, horrifiée par l'histoire de l'esclavage et la cruauté de l'apartheid, elle croit dans le pouvoir qu'a la musique de rapprocher les gens et de lutter pour la paix. Et elle n'a pas hésité à passer à l'action, en devenant ambassadrice de bonne volonté de l'UNICEF, puis en créant sa fondation, Batonga, qui donne aux filles dans plusieurs pays d'Afrique une éducation secondaire.

    Ces mémoires, illustrés de plus de cent photographies en couleurs, sont la formidable somme des expériences, des voyages et des combats d'une diva engagée.

    « Dans l'aube que vit l'Afrique, Angélique Kidjo est la chaleur du soleil naissant. » Bono

  • Dubbed Africa's Premier Diva by Time Magazine, the singer/songwriter/activist shares her compelling story of escape from Africa where her voice was censored by the Communist regime to become a Grammy Award-winning, Billboard-topping musician and UNICEF Ambassador.

empty